__ Mary CASSATT ___Peintre impressionniste___1843-1926 __

__ Mary  CASSATT ___Peintre impressionniste___1843-1926 __

2- La famille CASSATT en AMERIQUE - deuxième partie

La famille CASSATT en AMERIQUE 

 

 

 

 

  

Peu après la naissance de Mary, Robert Cassatt a gagné assez d'argent pour limiter son activité professionnelle et n'être plus qu'un gentleman qui gère au mieux sa fortune. Il installe alors sa famille à Lancaster, toujours en Pennsylvanie, à l'est de Pittsburgh, dans une des plus belles propriétés de la région, Hardwicke, où pourtant il ne reste que deux ans, préférant revenir en ville, à Philadelphie ; c'est sans doute parce que l'un de ses fils, Robert, est atteint d'une grave maladie des os qui requiert des soins particuliers. Peut-être est-ce la raison, au moins en partie, qui presque deux ans plus tard, fait que la famille Cassatt embarque sur un transatlantique pour un long séjour en Europe.

 En 1851 se tient à Londres, au Crystal Palace, une exposition que les parents ne manquent pas de visiter, peut-être accompagnés de leurs enfants; ils se rendent ensuite à Paris où ils séjournent deux ans, puis en Allemagne, à Heidelberg et Darmstadt, pour la même durée. Les cinq enfants (Gardner est né cinq ans après Mary) reçoivent ainsi une éducation européenne et pratiquent des langues étrangères. Mais le fragile Robert meurt et la famille retourne aux Etats Unis, à l'exception d'Alexandre, l'aîné des garçons, qui s'est engagé dans des études d'ingénieur qu'il serait maladroit d'interrompre en cours d'année.

Mary, très affectée par la perte de ce frère, a onze ans quand le destin la fait passer par Paris alors que s'y tient une autre exposition internationale, celle de 1855, à l'occasion  de laquelle Gustave Courbet dresse son pavillon du réalisme. Sans doute les Cassatt n'ont-ils pas le  coeur de se plonger dans la foule de cette grande manifestation et, si cela était, ils n'auraient probablement eu aucune raison de s'intéresser à la peinture du plus contestataire des peintres.

Bien naturellement c'est en Pennsylvanie qu'on revient, d'abord à Westchester, puis de nouveau à Philadelphie, où Mary arrive à quatorze ans dans une ville qui est une métropole culturelle importante. Elle y devient une jeune fille indépendante, qui bénéficie d'une éducation moderne, ne craint pas d'exprimer ses opinions, étudie la littérature. Un mois avant de fêter ses seize ans, elle s'inscrit à l'Académie des beaux-arts de Philadelphie, l'école d'arts la plus réputée des Etats Unis. Avec son amie Eliza Haldeman, elle suit l'activité artistique, visite les expositions, fréquente les galeries, rencontre des artistes, s'initie à l'art contemporain, va au concert.

En 1862, quand ses parents déménagent pour retourner à la campagne, près de l'Est Chester, elle quitte les beaux-arts, préférant, semble-t-il, continuer de travailler toute seule. Elle ne se coupe pas pour autant de Philadelphie qui n'est pas loin,  où elle retrouve Eliza et se replonge dans la vie des arts. Alexander, lui aussi revenu maintenant en Amérique et désormais ingénieur au Pennsylvania Railroad, est un frère très proche de la jeune fille qu'est devenue Mary et dont il partage volontiers les goûts artistiques.

En 1865 Mary a 22 ans  et l'Amérique sort d'une terrible guerre civile qui n'a pas été un fléau pour les hommes d'affaires de Philadelphie et dont il semble que Robert Cassatt ait su tirer profit par de judicieux investissements. Elle n'a rien perdu de son intérêt pour les beaux-arts et n'a pas envie de sacrifier ce qui lui paraît être une vocation artistique pour une vie d'épouse et de mère. Elle veut retourner en Europe où il est normal que se rendent les jeunes artistes qui veulent parfaire leur formation au contact des grands maîtres de l'histoire de l'art.

 

 



01/06/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi