__ Mary CASSATT ___Peintre impressionniste___1843-1926 __

__ Mary  CASSATT ___Peintre impressionniste___1843-1926 __

7- LE PEINTRE DES MATERNITES

 

LE PEINTRE DES MATERNITES

 

20_GF.jpg
 

A la fin de l’exposition chez DURAND-RUEL,au mois de décembre 1878, Mary Cassatt part avec sa mère pour le Cap d’Antibes où elle loue la villa Cigardone,d’où elle a une vue sur la baie de Juan les Pins. Elle est très agacée par le nombre d’Américains qui viennent alors peindre des paysages au bord de la Méditerranée, déteste cettemanie  et estime que devant un tel paysage, seul un grand artiste  peut se tirer d’affaire sans être ridicule. Elle aime la lumière et la couleur de ce pays où elle peint un  des plus étonnants tableaux, une mère et un enfant dans une barque que fait avancer à la rame, un homme en noir, coiffé d’un béret. C’est une œuvre qu’elle gardera longtemps auprès d’elle et dont elle ne se défera que lorsque, déçue par le peu d’intérêt que montrent pour son travail ses éventuels héritiers, elle liquidera une bonne part de sa collection personnelle. Il y a pour elle, ainsi que le souligne sa biographe, Nancy NOWE-MATHEWS, un rare effet de composition, mêlant son goût ancien pour les scènes de genre et le thème de la mère et l’enfant.

A son retour à Paris, alors qu’elle passe de moins en moins de temps dans la capitale, elle se voit privée de Bachivillers, que son propriétaire a décidé d’habiter. Elle achète alors une autre prestigieuse demeure, le château de Beaufresne au Mesnil-Théribus dans l’Oise, un bâtiment de pierres et de briques qui date pour la majeure partie du XIXème siècle. Elle y fait faire d’importants travaux d’aménagements pour en améliorer le confort et elle est impatiente de pouvoir s’y installerpour préparer la grande exposition qu’elle doit avoir enfin à New York, chez DURAND-RUEL, avec surtout des toiles liées au grand mural et des maternités. Ces travaux l’empêchent d’aller en Amérique pour y accompagner ses tableaux. Et elle est très affectée par la mort de Berthe MORISOT.

L’exposition, qui remporte un grand succès, autant auprès des critiques et que des acheteurs, suffit presque à payer son château, dans lequel elle passe des journées entières à graver et à imprimer ses plaques dans le but de réaliser une série d’estampes en couleur ; mais elle est obligée de tempérer son ardeur parce que sa mère est mourante. C’est la troisième personne de sa famille, de ceux avec lesquels elle s’est installée à Paris, qui la quitte. Heureusement, Louisine, très présente, la soutient dans cette épreuve. Katherine CASSATT meurt en octobre 1895, à Beaufresne et Mary n’a plus auprès d’elle que la fidèle Mathilde VALLET, qui est maintenantune véritable amie. Elle a cinquante et un ans et peint un très beau tableau de la cadette de ses ne nièces,. Ellen Mary, celle qui porte son prénom, la fille de Gardner et Jenny, l’enfant dans un grand manteau blanc, coiffé d’un chapeau, emplissant un tableau très fort, remarquablement construit.

 Son frère et sa belle-sœur sont en Europe pour deux ans et leur présence atténue la douleur du deuil. Elle peint aussi Louise et sa fille.

 

 



01/06/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi