__ Mary CASSATT ___Peintre impressionniste___1843-1926 __

__ Mary  CASSATT ___Peintre impressionniste___1843-1926 __

-- SA FORTE PERSONNALITE --

Sa

Personnalité

 
72.jpg

 

   L'art et la vie, ne faisaient qu'un  pour Mary CASSATT.

 

Jeune enfant, elle passe 5 ans en Europe avec sa famille. période où sa mère avide de culture, lui fait visiter les Musées européens
Passionnée par son art, il était tout à fait naturel qu'elle revienne en Europe fréquenter les Musées qu'elle ne trouvait pas à l'époque en Amérique.
DEGAS disait d'elle : « Je n'admets pas qu'une femme dessine aussi bien. »
Etre acceptée à cette époque par la gent masculine comme peintre était un exploit. Surtout pour Mary CASSATT, étrangère et sans appuis dans le milieu, à l'opposé des autres femmes impressionnistes comme
Berthe MORISOT mariée au frère de MANET
Eva GONZALES femme du graveur GUERARD
Madame BRAQUEMONT qui bénéficiait de l'appui de son mari pour participer aux expositions
Achille SEGARD, son seul biographe contemporain distingue Mary CASSATT des autres artistes de l'époque en disant et je cite : « Mary CASSATT se distingue par la qualité intellectuelle de ses émotions. »
Il faut du caractère pour une jeune fille née dans une famille bourgeoise et éduquée selon des principes moraux rigides de l'époque victorienne pour annoncer un jour à ses parents qu'elle voulait quitter son pays pour aller étudier la peinture en Europe.
Ce qui paraît normal aujourd'hui, constituait un défi aux bonnes mœurs de l'époque, surtout dans un tel milieu, et Monsieur CASSATT refusa fermement de laisser sa fille partir en affirmant : « J'aimerais presque mieux te voir morte. »
Avec acharnement et patience, Mary parvint à ses fins et s'embarqua en 1866 pour l'Europe, accompagnée de sa mère.
Sa première peinture « La Mandoline », qu'elle présenta au Salon Officiel, signée : Stévenson son deuxiéme prénom, fut accepté.
Influencée par Corrège, Vélasquez, Goya, Murillo et Rubens dans ses premières années, puis par Manet, Renoir et enfin Degas, elle acquit à force de travail son propre style.
A l'époque, Degas lors d'une visite dans son atelier dit : « C'est vrai, voilà quelqu'un qui sent les choses comme moi. »
Trois années plus tard, elle était invitée par Degas à participer aux expositions des impressionnistes et Mary CASSATT, pouvait dire, et je cite : « Je pouvais enfin travailler avec une indépendance absolue, sans m'occuper de l'opinion d'un jury. »
La grande aventure de Mary CASSATT comme artiste peintre et graveur pouvait commencer……..
A la suite de l'exposition des impressionnistes de 1879, elle proposa une peinture de sa sœur Lydia, assise dans un intérieur, en robe rose d'un ton très délicat. On rapprocha cette peinture de celle de Berthe Morisot. GAUGUIN, présent, sensibilisé par ce tableau aux couleurs chatoyantes, constata la similitude de travail entre les deux femmes, mais fit remarquer : « Miss CASSATT a autant de charme, mais plus de force…. »
L'année suivante, en 1880, elle se signale à l'attention de ZOLA, qui écrivit dans le « Voltaire » « Mademoiselle CASSATT, une américaine je crois,à fait récemment ses débuts, avec quelques travaux remarquables, d'une originalité inhabituelle. »
Mary CASSATT fut à l'apogée de Son ART, entre 1889 et 1899, période, où elle s'attaqua à la gravure, défit extrême,car un coup de crayon peut s'effacer et se corriger, mais pas un trait sur une plaque de cuivre.
A l'époque, sa présence était très recherchée. Sa grâce,son ouverture d'esprit,sa tolérance et sa culture attiraient les « Grands du monde », comme Clémenceau ou encore Mallarmé…..
De nos jours, Mary CASSATT reste une femme moderne, avec une personnalité hors du commun que je souhaite faire découvrir à tous les amateurs d'arts en général, et ceux en particulier qui admirent ce personnage aux mille facettes !

 

 



23/11/2005
2 Poster un commentaire

A dcouvrir aussi