__ Mary CASSATT ___Peintre impressionniste___1843-1926 __

__ Mary  CASSATT ___Peintre impressionniste___1843-1926 __

Un jour de septembre 1972 j'ai rencontré Mary CASSATT

 

 

 

 

 

 Ma rencontre avec Mary CASSATT

 

https://static.blog4ever.com/2006/01/8761/artfichier_8761_940630_201206044553544.jpg 

 

  

  

Au premier septembre 1972 j’ai pris mes fonctions de Directeur au château de Beaufresne, situé au Mesnil-Théribus, dans l' Oise.
1973– Un car s’arrête devant le château. L’accompagnateur me demande l’autorisation de faire visiter le château à des touristes venus de Paris, pour voir le lieu où a vécu Mary Cassatt. Par la « stèle » qui est à l’entrée du château de Beaufresne, j’avais appris qu’une donation avait été faite à l’Association du « Moulin Vert », au début des années 60, par la nièce d’un artiste peintre . En contrepartie, l’Association (ce que je n’ai appris que bien plus tard en consultant les documents de la donation) s’engageait à entretenir la tombe de l’artiste dans le cimetière du Mesnil- Théribus. Le groupe s’est engagé dans le parc et je l’ai suivi, apprenant pour la première fois que l’ancien propriétaire du château était un peintre impressionniste américain de renommée mondiale. Après la visite du parc, j’ai accompagné le groupe parc jusqu’au cimetière et j’ai entendu parler des amis de Mary Cassatt: Degas, Pissarro, Berthe Morisot…. J’allais de surprises en surprises. Hélas, en arrivant devant la tombe j’ai compris qu’elle était abandonnée, sans aucun entretien depuis bien longtemps. Après cette visite du cimetière, le groupe est parti en direction du château de Bachivillers, loué par l’artiste une année avant l’achat de Beaufresne.
De retour au château, j’ai demandé au « Siège Social » de l’Association de me préciser les circonstances de cette donation et de m’envoyer une copie des actes. J’ai bien du attendre 2 années avant que l’on veuille bien me les fournir. Dès que j’ai eu pris connaissance de l’obligation de l’entretien de la tombe de Mary Cassatt, je me suis empressé de la remettre en Etat et de l’entretenir jusqu’à mon départ en avril 1998. Je passe encore régulièrement le faire à titre personnel.
1976- Une américaine me demande si elle peut faire un repérage des lieux pour tourner un documentaire sur Mary CASSATT. Elle me demande également, si je peux l’aider à trouver, dans les environs, des modèles ayant posé pour Mary Cassatt. Je lui ai promis de faire mon possible, et quelques mois plus tard elle a pu rencontrer un modèle. Depuis ce jour, les visites de la famille, de conservateurs de musées américains, de passionnés d’art se sont succédé.. Vers la fin des années 80, un américain se présente à moi. Parachuté durant la dernière guerre tout près du château de Beaufresne, il a été caché un temps au château au milieu des bibelots et des tableaux entassés dans la cave. Tableaux qui seront transportés plus tard dans une charrette à foin à la barbe des Allemands vers le village de Fresneaux Montchevreuil et récupérés à la fin de la guerre par la famille CASSATT
En 1990, j’ai aidé un conservateur du Musée d’Atlanta à organiser un voyage pour une vingtaine de collectionneurs, presque tous possesseurs d’œuvres de Mary CASSATT. Ces collectionneurs ont eu la chance de pouvoir déjeuner à Beaufresne, et surtout de visiter le château de Bachivillers (privé) à environ deux kilomètres de là où Mary CASSATT a réalisé, en 1893,une peinture murale "La Femme moderne " pour le pavillon de la Femme à l' exposition de Chicago ( peinture aujourd'hui perdue). .
En 1992, j’ai organisé une première exposition dans ces lieux célèbres, puis une autre, l’année suivante.
En 1994, j’ai inscrit le château sur la liste des monuments à visiter lors des journées du patrimoine. Visites qui ont pu se réaliser tous les ans jusqu’à ce jour. J’espère que cela va continuer ainsi.
A présent j’essaye, dans la mesure de mes moyens, de faire connaître Mary Cassatt en France en utilisant ce site que j'ai créé en son honneur..

 


GBrignon:  gb.mc@free.fr

 

 

 

Mary CASSATT et son œuvre graphique.

  

En dépit du fait que Mary CASSATT appréhendait son œuvre graphique dans l’unique but de perfectionner son dessin, elle le perfectionna si bien qu’en 1891, elle fut vraiment considérée comme une artiste exceptionnelle dans ce domaine.

On peut estimer que son œuvre graphique peut-être divisé en 3 périodes :

 

De 1879 à 1889 - période de formation

 

De 1889 . à 1899 - la période la plus florissante des années de maturité.

 

De 1999 à 1910 - c’est la répétition de ses meilleurs moments.

 

De 1910 à sa mort - c’est la récréation. Sa mission à accomplir est de faire acheter des œuvres à madame et monsieur Havemeyer

 

RYTME DE TRAVAIL DE Mary CASSATT

 

Elle croyait en la dureté du travail et apparaît comme une femme entraînée à l’effort physique. Ses habitudes de travail étaient incontestablement dures. Elle était dans son atelier à huit heures chaque matin et ne le quittait habituellement pas avant que la lumière du jour ne faiblisse. Tous les jours, elle peignait, travaillait au pastel, gravait ou imprimait. Ensuite, alors que d’autres personnes auraient certainement voulus se reposer, elle passait ses soirées à étudier ses techniques ? Il est à noter, combien de ses œuvres incluent des lampes allumées. Elle avait l’habitude de remarquer : «  Il y a deux voies pour un peintre , l’une large et facile, l’autre étroite et difficile. » Une personne plus faible, aurait cédé, pour un succès sûr, immédiat, superficiel, qu’elle aurait pu atteindre facilement. Elle travaillait, été comme hiver, sauf pour soigner sa mère et sa sœur Lydia qui mourut en 1882.

 

  

 



30/09/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi